FRIKENFONDS
L'INVESTISSEMENT EN OPCVM

> L'interview d'un gestionnaire d'actifs

Afin de vous fournir encore davantage d'informations sur l'investissement en fonds de placement, j'ai souhaité donner la parole à des professionnels de la gestion d'actifs. Une démarche qui, je l'espère, vous permettra par la même occasion de découvrir des fonds méconnus et dignes d'intérêt.

Recherche personnalisée

Vous souhaitez être parrainé ?

Voir les avantages


bannière forum

À découvrir

Sélect' Fonds
SÉLECT' FONDS - numéro 3

lire

 

Nous investissons principalement dans des valeurs de croissance défensives qui sont peu impactées par les différents soubresauts macro-économiques.

Photo Louis de Fels

Décorréler un portefeuille des grands indices boursiers actions et maintenir une faible volatilité, tel est le souhait d'un certain nombre d'investisseurs en OPCVM.

Certains fonds, grâce à un stock-picking rigoureux, à l'écart des modes, peuvent y contribuer positivement.

Louis de FELS est respnsable du FCP Raymond James Microcaps chez Raymond James Asset Management International. Un fonds de petite taille qui investit sur une classe d'actifs peu répandue dans certains portefeuilles d'OPCVM et qui présente déjà un bel historique, après un peu plus de 5 ans d'existence.

Pouvez-vous exposer votre parcours professionnel en quelques lignes ?

L.d.F. : J'ai rejoint Raymond James Asset Management International en janvier 2007, après avoir développé une première expérience au sein de Raymond James Financial en tant qu'analyste buy-side sur les actions américaines et européennes. Je suis actuellement responsable de la gestion pour le Fonds Raymond James Microcaps et co-gestionnaire du Fonds Raymond James Europe Plus.

Votre fonds Raymond James Microcaps est noté, fin janvier 2013, 5 étoiles Morningstar et 5 étoiles Quantalys. Pouvez-vous nous dire ce qui fait sa spécificité ?

L.d.F. : La spécificité du Fonds repose sur un processus de gestion original : la Gestion Thématique Transversale. Un comité d'orientation bimestriel identifie trois ou quatre thèmes porteurs pour le moyen terme, lesquels nous permettent d'effectuer notre stock-picking. En ce moment, nous nous intéressons à l'innovation, aux fusions-acquisitions, aux sociétés en restructuration et aux « Virtuoses » (sociétés leaders dans leur domaine). L'autre spécificité du Fonds est que nous avons en permanence entre 15% et 25% de cash pour résister dans les phases de baisse et, si le travail de recherche de valeurs est bien effectué, nous générons également de l'alpha en période de hausse des marchés.

La volatilité 3 ans de Raymond James Microcaps est l'une des plus basses de la catégorie des fonds actions France petites & moyennes capitalisations (volatilité d'environ 12 selon l'agence Morningstar). Comment parvenez-vous à ce résultat et comment sélectionnez-vous les titres sur lesquels vous investissez ?

L.d.F. : Nous investissons principalement dans des valeurs de croissance défensives qui sont peu impactées par les différents soubresauts macro-économiques. Ainsi, nous évitons d'investir dans les sociétés fortement cycliques, biotechnologiques ou qui ont un bilan fortement dégradé. La plupart des sociétés, au sein du portefeuille, ont un beta très faible, du cash au bilan et une récurrence de leur chiffre d'affaires. Enfin, nous recherchons des managements de qualité qui ont un bon track record et qui sont, la plupart du temps, actionnaires majoritaires.

À fin janvier 2013, l'actif net du fonds se situe entre 7 et 8 millions d'euros pour une quarantaine de lignes. Gérer un portefeuille plutôt concentré et de très petite taille constitue-t-il selon vous une priorité, et si oui pourquoi ?

L.d.F. : RJMC détient en moyenne 40 valeurs. Le portefeuille a une très faible rotation ; nous avons aujourd'hui, au sein du portefeuille, des valeurs que nous détenons depuis la création du Fonds. Au-delà de 40 lignes, la diversification devient trop importante et ferait ainsi souffrir la performance. Nous sommes ainsi très décorrélés vis-à-vis des différents marchés actions et souhaitons continuer dans ce sens.

Les performances de votre fonds sont particulièrement dignes d'intérêt : -32,3% en 2008, +49,1% en 2009, +17,5% en 2010 et -6,8% en 2011. Vous avez moins bien négocié l'année 2012 par rapport à certains de vos concurrents de la catégorie fonds actions France petites & moyennes capitalisations avec une hausse de 12,4%. Comment expliquez-vous ce léger fléchissement ?

L.d.F. : L'univers dans lequel investit le Fonds Raymond James Microcaps est très différent de l'univers des moyennes capitalisations et, dans une moindre mesure des petites capitalisations car nous focalisons nos investissements sur des valeurs microcaps, c'est-à-dire sous les 300 M? de capitalisation boursière. L'année 2012 fut l'année du rebond des indices de grandes et de moyennes capitalisations. Ces dernières ont régulièrement un retard de quelques mois vis-à-vis des autres indices actions. Nous pensons que l'écart de valorisation et de performances devraient se réduire sur 2013.

Dans un contexte économique plutôt maussade, comment voyez-vous l'évolution à court-moyen terme des petites & moyennes capitalisations françaises ?

L.d.F. : Nous voyons un rerating des smallcaps vis-à-vis des autres indices blue chips et des midcaps. En effet, les smallcaps ont sous-performé en 2012 et continue de le faire sur les mois de février et mars. L'aversion au risque devrait diminuer, suite aux chiffres micro-économiques plutôt satisfaisants et à une politique toujours accommandante des banques centrales, que ce soit aux États-Unis ou en Europe. Ainsi, après un rallye des actifs plus liquides, les sociétés de petites capitalisations boursières devraient rattraper leur retard d'ici la fin de l'année.

Propos recueillis par F.R. - Mars 2013

Liens utiles :

Site web de la société de gestion :
Raymond James Asset Management International

Prospectus du fonds : Raymond James Microcaps

Qui suis-je ? Contact Avertissement Parrainage Plan du site